Gilets jaunes Acte IV : 1 082 personnes interpellées à Paris et d’énormes dégâts matériels

Samedi, la capitale a été prise d’assaut par des centaines de manifestants pour ce qui a été baptisé « l’acte IV de la mobilisation des gilets jaunes ». Bilan de la journée à Paris, d’importants dégâts matériels et 1 082 interpellations. Des chiffres bien éloignés des 412 interpellations enregistrées lors de la manifestation du 1er décembre.

Des interpellations en hausse

Samedi, 10 000 personnes manifestaient dans les rues de Paris, une augmentation de 2 000 personnes par rapport à la manifestation du samedi 1er décembre où les chiffres faisaient état de 8 000 gilets jaunes.

À l’occasion de la mobilisation de l’acte III, ils n’étaient que 412 manifestants à avoir été interpellés à Paris. Le 8 décembre, ils atteignaient le nombre record de 1 082 interpellés dans la seule capitale, d’après les annonces faites par la préfecture de Paris ce dimanche.

Or, les chiffres du ministère de l’Intérieur font état de 1 723 personnes interpellées sur tout le territoire français. Les interpellations parisiennes représentent plus de 62% du nombre total de personnes interpellées.

La justice en alerte

À la suite des interpellations, plus de 900 interpellés sont maintenant en garde à vue, selon les précisions du Parquet. 396 gardes à vue ont d’ores et déjà été levées au lendemain de cette mobilisation, dont 284 ont été classées sans suite.

Le parquet de Paris a reçu ce dimanche matin 108 personnes déférées après avoir été mises en cause. Pour les 4 dossiers d’interpellation restants, ils ont profité d’une dessaisie du parquet ou d’une levée de garde à vue pour cause médicale.

Ils sont encore plus de 500 interpellés à être gardés à vue dont les cas sont encore en train d’être étudiés par la justice.

Un coup dur pour la ville

Anne Hidalgo est montée au créneau samedi soir pour dénoncer les violences dans la capitale. Elle fustige le chaos qui a été instauré par la mobilisation des gilets jaunes ainsi que les dégâts importants causés.

Ce dimanche matin, le premier adjoint au maire, Emmanuel Grégoire, fait le point des dégâts matériels et économiques. Le nombre moins important des barricades a permis aux « Gilets jaunes » de se disperser plus aisément. Conséquence, plus de quartiers de la capitale ont été touchés par les violences.

En tant que responsable du budget de la ville, il n’oublie pas de rappeler le coût économique de ces dégradations, notamment en raison des fermetures de magasins à une période où les ventes d’avant fête connaissent des pics certains.

Crédit photo : image à la une Wikimedia

About Rédac PostInfo

Rédac PostInfo

Check Also

Information fake news

Infox : Une vingtaine de médias lance une plateforme commune pour lutter contre les « fake news »

Un projet collaboratif unit 19 médias qui engagent un combat contre les fake news et …