Elections USA : Russie or not Russie that is the question

L’issue de la dernière élection présidentielle américaine était un vrai coup de théâtre pour les USA. Contre toute attente, Donald Trump, le magnat milliardaire de l’immobilier était élu président des États Unis, laissant bouche bée la planète entière.

La plupart des médias locaux, les réseaux sociaux ainsi que les rapports issus de plusieurs sondages étaient unanimes : Clinton sera la première femme à la tête des États unis dans l’histoire. D’autres médias sont même allés jusqu’à débattre sur la nomination officielle de l’époux d’Hillary Clinton (first gentleman ? first man ? first dude ? etc.).

Pourtant, le résultat était tombé comme la foudre : Trump est le nouveau président des États Unis. Chose qui est restée en travers de la gorge de Clinton, mais surtout de l’ancien président Obama, qui n’avait pas manqué, lors de la longue campagne présidentielle, une seule occasion pour lancer des piques au milliardaire.

En effet, Obama, après avoir fait preuve de fair-play en étant le premier à féliciter Trump de sa victoire, crie à l’influence de la Russie quant à ce résultat d’élection. Il a par ailleurs cité lors d’une interview radiophonique que : « Il est clair que si un gouvernement étranger, quel qu’il soit, tente d’entacher l’intégrité de nos élections, alors nous devons agir. […] M. Poutine sait en quoi je pense, car je lui en ai parlé directement ». Par la suite, il ne s’était pas uniquement résolu à donner publiquement et officiellement son opinion sur cette affaire, mais a également expulsé jusqu’à 35 diplomates russes tout en fermant deux installations russes aux USA comme « mesure » contre l’interférence de la Russie avec l’élection présidentielle de 2016.

Une enquête a été ouverte

Kremlin RussieUne enquête pris en main par le Department of Homeland Security (DHS) et l’Office of the Director of National Intelligence (DNI). Une enquête qui s’était récemment résulté sur un rapport indiquant l’implication de plusieurs agents de renseignements russes sous le nom de code : GRIZZLY STEPPE. On peut entre autres lire dans le premier paragraphe : « Ce document fournit des détails techniques concernant les outils et les infrastructures utilisés par les services de renseignement civils et militaires russes (RIS), dans le but de faire des compromis et d’ exploiter les réseaux et les terminaux associés à l’élection américaine, mais aussi le gouvernement américain, sa politique, ou même dans le secteur privé. ». Le rapport a également divulgué des indicateurs spécifiques de compromis, y compris des adresses IP et un échantillon de logiciels malveillants PHP.

En se concentrant sur ces adresses IP et ces logiciels malveillants sous PHP, des questions quant à la crédibilité de ces rapports se posent. En effet, la société de sécurité Wordfence a fait une investigation sur le sujet, et a découvert que le malware PHP en question était la version 3.1.0 du PAS. Il s’agit d’un malware développé par des Ukrainiens, et qui est facilement téléchargeable sur le net. Une version plus ou moins obsolète étant donné que la version la plus utilisée en ce moment est la version 4.1.1b. Un malware non russe donc, et qui devrait être facilement détourné par la Cybersécurité américaine.
En ce qui concerne les adresses IP fournies, Wordfence a également appuyé après une longue démonstration que rien ne prouve que ces adresses IP fournies puissent être utilisées par n’importe quel FAI dans le monde, ainsi que quiconque voulant surfer anonymement sur le Web. En résumé, si une attaque a effectivement eu lieu, rien ne désigne indubitablement la Russie comme étant le responsable.

Que peut-on tirer de tout cela ? La France est-elle à l’abri de ces attaques lors de l’élection présidentielle de cette année ? Un pays ou une nation pourrait-il tirer profit d’une cyberattaque sur notre territoire ? Rien n’est moins sûr. En tout cas, on connait l’incidence créée par une quelconque cyberattaque, si l’on fait par exemple référence à la plus grande attaque DDoS sur notre serveur OVH l’année dernière.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on LinkedInShare on VKEmail this to someonePrint this page

About Isabelle P.

Rédactrice en chef.
De formation littéraire, elle apprécie plus particulièrement les articles mode et société.

Pour la contacter c’est ici

Check Also

Thaïlande Pays du Roi Rama IX

Thaïlande : retour sur la cérémonie de la crémation de Rama IX

Mort il y a un peu plus d’un an, le roi Rama IX a marqué …

Laisser un commentaire