La France annonce un déficit public de 2,6% pour 2018

L’objectif annoncé au préalable était de 2,3% de déficit public. Mais de passage devant l’Association des Journalistes économiques et financiers, le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, a fait savoir que le niveau de déficit attendu pour 2018 est désormais de 2,6%.

Un déficit identique à celui de 2017

Ministère des Finances - Bercy - ParisLe gouvernement avait, dans le cadre de la loi de finance de 2019, pris certaines décisions, dont la baisse de la cotisation patronale. Une décision qui devait participer à une revalorisation du SMIC, mais qui sera reportée pour octobre 2019, a laissé entendre Bruno Le Maire. Celui-ci a aussi expliqué que ce report devrait permettre au gouvernement de gagner une marge financière supérieure à 2 milliards d’euros. « J’ai proposé au président de la République et au Premier ministre que nous reportions cet allègement de quatre points supplémentaires du 1er janvier 2019 au 1er octobre 2019. Il est différé, ça permet d’économiser plus de 2 milliards d’euros », a-t-il laissé entendre.

Cela devrait permettre au gouvernement de contenir les effets du déficit actuel qui, normalement, devait se situer autour de 2,3%. Selon les explications de Bruno Le Maire, cette stagnation observée au niveau du déficit (même niveau que 2017) tient aussi de la reprise par le gouvernement des dettes contractées par SNCF réseau. Bruno le Maire a, en outre, ajouté : « En plus de cette transformation du crédit d’impôt en allègement de charge, nous avions prévu un nouvel allègement de quatre points supplémentaires des cotisations sociales au niveau du SMIC pour toutes les entreprises dès le 1er janvier 2019. »

Les mesures qui seront quand même appliquées

« Aucune prestation sociale ne sera réduite. Les retraités ne seront pas perdants, leur pension de retraite sera revalorisée moins vite, mais elle continuera à être revalorisée », a expliqué Bruno Le Maire. Le ministre de l’Economie a aussi précisé que la mesure ne consiste certainement pas à retirer de l’argent aux retraités, mais que le gouvernement se doit aussi de prendre soin de ceux qui sont véritablement dans des situations précaires. Entre autres mesures qui ne verront pas pour autant leurs conditions d’application changer, il y a les allocations familiales et l’aide personnalisée au logement. Ces aides ne connaîtront qu’une progression que de 0,3 % par an entre 2019 et 2020. Et même dans ce cas, l’inflation attendue se retrouve en dessous de celle prévue par l’INSEE qui était de 1,7%.

Crédit Photo : By Gzen92 [CC BY-SA 4.0 ], from Wikimedia Commons

About Rédac PostInfo

Rédac PostInfo

Check Also

Notre Dame de Paris

Incendie à Notre Dame de Paris : le joyau du patrimoine français en feu

Un vaste incendie consume depuis près d’une heure le toit de la Cathédrale Notre Dame …

Laisser un commentaire